mardi, décembre 16, 2008

Une dernière fois avant de tourner la page...

Je ne suis pas encore capable d'en parler de vive voix ou de prononcer le mot fausse-couche, mais j'ai envie de l'écrire pour pouvoir ensuite tourner la page. Merci pour vos bons mots d'abord, c'est une main sur mon épaule qui, même virtuelle, me fait un grand bien. Je dirais que je vais bien. Je pense avoir une capacité de gestion de la douleur assez grande. Mes enfants m'éblouissent par leur compréhension de la situation, leur empathie naturelle. Babe qui me dit "Je vas m'occuper de toi" ou "Pleure pas maman, il y a un autre bébé qui va venir". Cocotine qui met sont ourson-sac-magique sur mon ventre et me caresse la joue. Et les regarder rire de ce "rire qui lézarde les murs qui sait surtout guérir mes blessures" pour citer Renaud. L'amour que j'avais déjà pour Micro-Babe est déversé sur eux. Depuis deux jours, je les over-aime. Aujourd'hui, ils sont avec belle-maman, le temps que je fasse le tour de ma tête, et après la vie continue. J'ai 1000 deuils à faire. Le deuil de mon bébé. Le deuil d'un bébé de juillet et d'un congé de paternité tout le mois d'août. Le deuil de 3 bébés en 4 ans. Le deuil d'un 3e bébé l'année de mes 30 ans. Le deuil de manquer le rush de septembre prochain au boulot. Le deuil des projets qu'on avait déjà fait. Je garde une photo d'échographie en souvenir. Mon médecin me suggère d'attendre au moins un mois pour reprendre les essais, ce que je ferai. Mon médecin qui est l'homme le plus merveilleux sur terre après mon chum et mon fils, qui m'a rappeler lui-même hier soir après que j'ai téléphoné au CLSC pour demander ce que je devais faire après avoir constater que l'Urgence n'était pas du tout le bon endroit. Il a trouvé les mots. On se verra en janvier à moins que j'ai besoin avant. Je sais que si c'est le cas, il va me faire une place dans les 6 heures suivants mon appel. J'ai le meilleur doc de la région de Québec.
Vendredi tout allait bien, petite fin de semaine tranquille en perspective.
Samedi mon chum part faire l'épicerie. Les enfants sont excités, c'est leur spectacle de Noël de la garderie en après-midi. J'ai hâte. On se prépare pour aller se promener en traîneau, je vais aux toilettes avant de partir: pertes rosées. Je ne m'inquiète pas trop, mais j'annule la ballade en traîneau. Je me couche sur le divan et on attend papa. La journée passe, les pertes augmentent un peu, mais ce n'est pas si pire. Je pense toujours pouvoir aller au spectacle de la garderie. Finalement, vers 15h, je change d'idée, j'ai peur, j'ai le sentiment que tout est fini, je pars pour l'urgence. Je vais à l'hôpital que je connais le mieux et où on passe à l'urgence en moins de 2. C'est la que je rencontre le doc le plus débile de l'histoire de l'humanité, qui avant de me lancer ses phrases idiotes et ses statistiques de mardes, m'a parlé de son ski-doo pendant 10 minutes plutôt que de m'examiner. C'parce que tu peux tu fermer ta yeule pis grouiller ton cul?? Finalement, il me réfère au CHUL où j'ai rencontré des gens gentils et compréhensifs ce qui était tout le contraire de mes mauvais souvenirs de cet établissement. À 21h, j'ai vu mon petit bout de bébé, quel soulagement. Les chances étaient bonnes, col fermé, bébé bien implanté dans l'utérus, coeur qui bat.
Dimanche, les saignements augmentent, je ne suis plus capable d'être positive. J'essaie de me reposer. Finalement, je trouve que ça augmente beaucoup trop, j'appelle Info-santé. On me suggère du repos, on me dit que je vais peut-être devoir rester couchée jusqu'à 20 semaines de grossesse, envoyer mes enfants à la garderie à temps plein. Bon. Je discute avec mon chum. je vais passer la semaine couchée, on va faire garder les enfants toute la semaine et on verra. Je ne suis pas prête à m'empêcher de prendre mes enfants pendant 3 mois, no fucking way! On va faire notre possible, mais on décide de ne pas arrêter de vivre, parce qu'il y en a 2 qui sont vivants et qu'ils restent ma priorité dans la vie, quoi qu'il advienne. Si j'avais eu 25 semaines de grossesse de fait, ça aurait été une autre histoire, mais à 7 semaines, je ne pouvais pas décider de cesser de vivre. De toute façon, on allait prendre les choses un jour à la fois.
Dimanche soir, on se prépare pour le bain des enfants, j'ai une bonne crampe au ventre. Plus aucun doute que la fin approche. Et 1h plus tard, au moment de mettre les enfants au lit, je sens que "j'accouche", ni plus ni moins, mon bébé est sorti tout d'un morceau, je l'ai vu quitter mon corps, je l'ai vu. Très clairement. J'aurais préféré que ça se termine autrement, j'aurais préférée ne pas le voir vivant, ni le voir mort 24h plus tard. Mais je l'ai vu.
Maintenant c'est fini, et j'espère que la vie ne tardera pas trop à ne remplir le ventre de nouveau, il n'y a que ça qui me permettra de vraiment tourner la page, je crois. D'ici là, je tente d'éviter le piège des "si j'avais" et des "j'aurais donc du"
J'ai pris congé du boulot jusqu'au 5 janvier, j'ai droit à des congés payés maintenant!!

26 commentaires:

Wooshy a dit...

Gros câlins virtuels ma belle xxxx

Oréole a dit...

Je suis vraiment touchée par ton récit...

Merci de l'avoir partagé avec nous!
Je t'envoie beaucoup de positif...

Joa a dit...

J'ai de le peine pour toi Ysa.
Continue d'aimer tes babes, ils te le rendent bien.

Dr Maman a dit...

Force et courage pour toi Ysa. Sympathies.

Mère Poule a dit...

Continue à over-aimer tes enfants. C'est le meilleur remède. Bon repos xxx

La Mère Michèle a dit...

MA belle... ça t'a aussi surement passé par la tête, du moins je l'espère, que la nature, parfois, fait son ménage avec application. Je ne suis pas heureuse de ce qui t'arrive et je ressens ta peine presque comme si c'était la mienne, mais peut-être est-ce une douleur d'âme échangée contre une autre, qui aurait été plus grande encore. Peut-être est-ce mieux ainsi, pour ce micro bébé.

Quoi qu'il en soit, c'est très triste.

On a vraiment un sentiment d'impuissance, d'injustice, et de deuil. Deuil de tout un bonheur à venir qui vient de tomber dans le vide. Prends le temps de vivre ça, puis de tourner la page comme tu dis.

Il y aura un autre babe. Mais pour l'heure, entoure toi des tiens, et aime, aime, aime, et prends soin de ton âme ma belle xxxx

Ginger a dit...

J'ai tellement de peine de te lire, ton hstoire est tellement semblable à la mienne. J'ai trouvée ça tellement dure de voir mon bébé vivant un jour, puis mort le lendemain. J'ai toujours la photo dans mon journal de grossesse. Il n'y a pas un jour ou je n'y pense pas. Car si ce ne m'étais pas arrivé, Evan ne serait pas dans ma vie. Le plus intelligent que je peux te suggérer est d'en parler, car j'ai trop longtemps tout garder ça en de-dans. J'ai jouée à la fille forte alors qu'en réalité, je suis comme tout le monde...

Mynaï a dit...

Chère Ysa, il y a des situations où l'on aimerait trouver les mots, ceux qui consolent un peu... Je ne sais trop qu'écrire. Sinon que je suis sincèrement peinée pour toi, tellement. Je ne peux que t'offrir un câlin virtuel et mes pensées bien réelles. Grosse colle.

Milou a dit...

Je suis moi aussi très touchée par ton billet.
Mon coeur et mon ventre se souviennent d'évènements similaires...
Je te souhaite de te permettre de vivre ton deuil à ta façon, aussi longtemps que toi tu en auras besoin. Même quand les autres se diront que c'est assez...
Et bien sur, je te souhaite un bébé en santé qui s'accroche.

Ysa_la_tite_mere a dit...

Merci, merci beaucoup. Vos mots me touchent aussi.

Mère Michele: oui, j'y ai pensé, c'est le souhait que j'ai formulé quand tout a commencé que s'il devait être hypothèqué je préférais le laisser partir, qu'il s'accroche seulement s'il était capable de vivre bien.

mynai: j'étais de celle qui n'avait jamais les mots dans ce genre de situation. Je peux maintenant te dire que la pensée est plus importante...

Milou et Ginger: Je me donne le droit de vivre mon deuil, doucement. Je me souviens d'un épisode de "la vie, la vie" où Marie fait une fausse-couche où elle disait souhaiter garder son chagrin, parce que c'était tout ce qui lui restait. Je vais le garder aussi longtemps que j'en aurai besoin de ce chagrin que je partage avec mon amoureux, même s'il le vit bien différemment. On va traverser ça ensemble, en famille et on va en sortir plus forts, plus unis et plus amoureux.

Monsieur Émilien a dit...

Ce qu'il y a de plus débile dans le fameux ''avortement naturel'' ( faut être nul pour avoir donné ce nom à ça...) c'est que ça reste en tête.. C'est comme une p'tite voix qui dit: Heille! Dénarve avec ton bonheur! Il peut partir n'importe quand!!!... Mais comme dans les films, la vie ne vas pas toujours tout croche et les happy ending existe. Une chance!
C'est vrai que c'est une série de deuils. Beaucoup plus que le simple fait d'avoir le ventre vide.
On est propulsé 1000 fois en avant avec ce beau projet/rêve de bébé chaud, de rire et de prouts dans le coup et d'un seul coup, la corde nous glisse des doigts. Comme le disent si bien les autres filles, prends vraiment tout ce qu'il te faut d'écoute-temps-amour et autre pour passer par dessus ta peine.. En machine incroyable que nous sommes, on vient qu'a un peu oublier la douleur.

La maman du bébé

La vie au Max a dit...

Reposes-toi bien et profites de cet instant pour "over-aimer" tes enfants, laisses-les te dorloter. Mes sincères sympaties. Gros câlins.

Dodo a dit...

Ma belle Ysa, sache que je pense à toi bien, bien fort et que je te fais un immense câlin virtuel!

Pour avoir fait deux FC avant d'avoir mon loulou et ma poulette, je sais trop bien ce que tu as dû traverser et ce que tu peux éprouver en ce moment...

Grosse colle et panse bien ton petit coeur xxx

kiwi a dit...

C'est le genre de situation où, même si je l'ai vécu, je ne trouve pas tellement de mots réconfortants. Peut-être parce qu'il n'y en a pas vraiment? Te dire que je partage ta peine, que je suis désolée, c'est très sincère, mais ça ne diminue certainement pas ta douleur...

Je comprends ton "urgence" à retomber enceinte. C'était pour moi aussi la seule façon que je voyais (et qui a véritablement fonctionné dans mon cas) pour "passer à autre chose" et fermer la porte sur mon deuil (sans jamais l'oublier). Je te souhaite donc que ton ventre se remplisse à nouveau, pour de longs mois, très bientôt.

jamfil a dit...

Gros calin à toi et ton chum. Je t'envoie pleins d'ondes positives. Prenez le temp qu'il faut pour faire votre deuil et faite-le à votre façon, il n'y a pas de recette pour passer à travers une épreuve.

Vous avez 2 superbes rayons de soleil pour vous faire voir la vie en arc-en-ciel, profitez du temp des fêtes pour vous amuser ensemble et vous aimez.

Mme Cornue a dit...

je ne sais pas trop quoi te dire d'autre que je comprends.

Je comprends cette peine, je comprends ce sentiment d'impuissance immense...

Prends soin de toi ma belle

Je pense fort à vous ++++++

CrocoClo a dit...

Je suis tellement désolée pour toi...Et je me rends compte qu'il n'y a pas de mots qui peuvent consoler vraiment. Ma meilleure amie vient de perdre un bébé aussi. Ton texte m'a aidé à comprendre un peu mieux se qu'elle peut ressentir. Merci pour ça!

Prends soin de toi, profites de tes deux beaux enfants et puis, ce ne sera que partie remise!

wichiepoo a dit...

Isa,
Ton message m'a beaucoup touché, et oui, comme tout le monde dit, continues "dover-aimer" tes petits coquins, c'est vraiment le meilleur remède.

Je suis de tout coeur avec toi ma belle... Gros bisous

La Souimi a dit...

Je continue de penser très fort à toi et aux tiens. Repose-toi bien...

xx

Claude-Anne a dit...

Désolé, j'étais absente et j'ai manqué cette période si triste de ta vie...
J'ai passé par là. Ça fait tellement mal en dedans. Ça passe, je le sais. Bonne chance. Repose toi. Prend soin de toi...

Nathalie a dit...

Je voudrais tellement avoir les bons mots... c'est étrange malgré que je sais, je ne sais jamais quoi dire... Mais tu es dans mes pensées et je compatis de tout mon coeur.

Petit Mouton on Etsy a dit...

Voudrais te dire aussi... Mais suis pas sure non plus quoi trop trop de dire. Ai essayé de tourner mes mots pour une semaine, pi ça marche pas...
Te dire quoi? Que ça fait chier? bein tu le sais... Qu'il va te manquer ce tout petit bout de 3e? tu le sais aussi... Que t'as le droit d'avoir de la peine? t'as l'air de le savoir pas mal...
Peut-être une petite chose pratico-pratique de mon experience: Fais BEIN BEIN BEIN attention si tu veux bel et bien attendre un mois, mon premier ti-bébé perdu a mis ma fertilité en over-drive, ce qui a provoqué une 2e fausse-couche tout de suite dans mon ti-corps pas prêt. Fait corroboré de manière tres non-scientifique par ma sage-femme, une fausse-couche semble fréquemenent mettre la fertilité en overdrive selon elle...
Reposez-vous bien pour le moment.

maman So a dit...

Je suis en pensée avec toi!! Profite-bien de tout l'amour que tes petits cocos t'offriront pour passer à travers cette dure épreuve!!

Gros câlin!

xxx

Ysa_la_tite_mere a dit...

Merci encore.
Je vais bien. Mieux que je n'aurais pensé. Mais, je fais attnetion à moi, tant physiquement que moralement.

Petit mouton: Mon doc ma dit sensiblement la même chose et que retomber enceinte tout de suite augmentait de beaucoup les chances de fausses-couches... mettons que ça ne me tente pas de revivre ça, alors oui, on va faire très attention.

Valérie a dit...

Bonjour,

J'ai des enfants du même âge que les tiens et je suis tombée sur ton blog par hasard il y a un peu plus de deux ans lorsque je faisais des recherches sur les tests de grossesse. En réalité, mon fils est né quelques mois plus tard que ta fille car ma deuxième grossesse qui était datée à quelques jours près de la tienne, je l'ai perdue. À douze semaines. À l'échographie, la technologue m'a dit, simplement, ''Je suis désolée.'' Le monde s'est écroulé autour de moi. Mon chum s'est effondré sur la petite chaise de bois. On a pleuré un long moment.

Puis, j'ai continué à te lire malgré cette pointe de jalousie qui me transperçait. Sans trop comprendre pourquoi, ton bonheur me faisait du bien malgré tout. Peut-être pour croire que c'était encore possible. Et de fait, je suis devenue enceinte le mois suivant. J'ai accouché en août 2007 d'un beau garçon en santé.

Je suis retournée sur ton blog ce soir pour ''prendre de tes nouvelle''. J'ai eu un coup au coeur en apprenant ta fausse couche. Tu en as probablement rien à foutre qu'une fille de Gatineau t'écrive pour te raconter son histoire alors que tu es submergée de chagrin. D'autant plus que tu dois en avoir mille autour de toi pour te dire qu'elles comprennent parce qu'elles ont vécu la même chose. Je ne sais pas pourquoi, j'ai eu envie de t'écrire pour... pourquoi? Pour te dire que c'est possible, plus tôt que plus tard. Mais que ton nouveau bébé ne remplacera pas celui perdu. Prends le temps de vivre ton deuil. Celui des rêves que tu caressais. Du futur avorté. De l'avenir qui n'existera pas. Je te conseille une lecture : Les rêves envolés, traverser le deuil d'un tout petit bébé. J'y ai puisé beaucoup de réconfort.

Si tu as envie de lire le texte que j'ai écrit à ma belle Avrile morte le 2 octobre 2006, fais-moi signe, je te le ferai parvenir.

Prends soin de toi et de tes amours.

Valérie

Ysa_la_tite_mere a dit...

Valérie: oui, j'en ai quelque chose à foutre, ça me touche beaucoup que tu prennes le temps de m'écrire ta petite histoire.
Tu peux me faire parvenir ton texte à ysaraph@hotmail.com je serais contente de le lire.
Je crois que mon deuil se passe bien, j'ai reçu beaucoup d'amour durant la période des Fêtes, j'anticipais un peu le retour à la "vraie vie", mais ça va bien. J'attends mes règles de pied ferme pour pouvoir me remettre aux essais, mais nulle trace d'ovulation pour le moment selon ma courbe de température. Je vois mon doc dans moins de 2 semaines pour m'assurer que tout est ok physiquement parlant.