mercredi, juin 25, 2008

"Sein"te nuit!

J'ai réfléchi longtemps. Il y avait beaucoup de choses dont je voulais parler. Trop. D'autres en ont parlé mieux que moi. J'ai décidé de parler d'amour. Simplement. Alors, voici mon tour. Finalement. Mon billet sur l'allaitement.

Ça se passait la nuit dernière...

Minuit, j'entends ta petite voix qui me réveille. Je me dirige vers ton lit, je vois dans un rayon de lune ta petite main se tendre vers moi. Je te sers fort et tu blottis ta tête dans le creux de mon épaule. Nous allons nous coucher dans le lit de ton grand frère, ce dernier ayant décidé de squatter le lit parental. On se couche, face à face, je soulève mon chandail et, comme une pro, dans le noir, tu t'accroches doucement à mon sein. On ferme les yeux et on savoure le moment. Ta main cherche la mienne, à d'autres moments tu joues dans mes cheveux. Moi, j'enfouis mon nez dans tes petits cheveux tous doux, tous fous qui sentent si bon. Je caresse ta petite peau de bébé, en profitant de chaque seconde, en m'imprégnant de cette douceur qui ne dure pas toujours. Je t'entends avaler de grosses gorgées de lait et en suis autant satisfaite que toi. Ce moment de magie, entre nous deux, pendant que tout le monde dort c'est comme rebrancher le cordon qui nous a reliées durant neuf mois, l'espace de quelques minutes. Les minutes s'écoulent, les gorgées s'espacent de plus en plus et, finalement, tu détournes ta petite tête douce, endormie, saoule de mon lait. En retournant te déposer dans ton lit, dans le rayon de lune, je vois ton visage angélique, le sourire à tes lèvres qui me dit "merci maman" et je me dis que, franchement, on ne peut pas vraiment haïr ça se lever la nuit...
***

En combinant mes deux allaitements, j'aurai bientôt un total de 25 mois d'allaitement derrière la brassière!
Grâce à ces allaitements, je n'ai jamais eu de retour de couche. Cocotine a été conçue à ma 1ere ovulation post-allaitement de Babe. Je n'ai pas eu mes règles depuis le 1er novembre 2004. Ça m'aide à ne pas trop insister pour bébé #3 tout de suite, je ne veux pas sevrer certains boires pour espérer redevenir fertile, je laisse la nature décider.

Le début


La suite

9 commentaires:

Véro a dit...

«Rebrancher le cordon», tu viens de mettre les mots sur le sentiment qui m'habite lorsque mon fils se colle contre moi pour boire son lait.

Ton histoire est très touchante et pleine de douceur. Elle me rejoint beaucoup, c'est sûrement pour ça que j'en ai les larmes aux yeux!

a dit...

Magnifique récit empreint de douceurs!

C'est agréable de lire cette belle histoire d'allaitement, surtout que c'est en lisant tes écris précédents, lorsque j'étais enceinte, sur tes difficultés d'allaitement que je me suis dit qu'aucun obstacle ne m'empêcherait d'allaiter mon fils, qu'il y avait toujours une solution, qu'il suffisait que d'y croire. Merci!

feuillete a dit...

C'est tellement difficile de décrire l'allaitement. pas le physique mais le psychologique, l'émotif. 25 mois avec fils et 6 avec fille ainée (ce n'était pas à la mode et les congés étaient courts). pour fils je passais pour folle!! Continue et profites-en bien! C'est si court! ça passe si vite.

(ex-bibitte)

justeunpeufrustree a dit...

Ode à l'allaitement ! C'est un texte tout plein de senti comme juste une maman peut en faire !

Nathalie a dit...

Ah c'est beau comment tu le dis, la larme me coule.

Et chanceuse pour le retour de couches.

Mynaï a dit...

Que c'est doux à lire... ça donne le ton à imaginer tout le reste.

Mamannie a dit...

Je vais penser à ton texte cette nuit quand mon p'tit amour se réveillera....

Penser au lien si fort que je suis en train de créer...

Ysa_la_tite_mere a dit...

Souvent, on parle de positions, de problèmes, de questionnements, de frustrations et on oublie le plus important, c'est de ce "plus important" dont j'avais envie de parler.
Merci de vos commentaires :-)

agnès a dit...

magnifique récit, j'en ai pleuré, que Dieu vous protège.