vendredi, octobre 19, 2007

Un p'tit peu d'peine...

Aujourd'hui, c'est la journée garderie de mon fils. Il ne voulait pas. Il criait "Bye bye garderie" pour revenir avec moi. Ça faisait 2 semaines qu'on n'y était pas allés, je me doutais un peu. Et en sortant, la directrice m'accroche pour me proposer ce qu'il fallait bien qu'elle me propose un jour Normal, c'est moi qui lui avait demandé. "On a un 3 jours/semaine pour Babe à partir de la semaine prochaine". Aoutch. "Il va être dans un autre groupe, parce qu'il n'y a pas vraiment de possibilité d'avoir plus qu'un jour dans son groupe actuel". Aïe-aïe-aoutch. J'avais décidé de travailler seulement 2 jours/semaine plutôt que 3. Je voulais le dire à la garderie aujourd'hui. Est-ce que je vais avoir un 2 jours en janvier? Est-ce que je peux vraiment dire non à ce 3 jours? Je pleure depuis que je suis remontée dans la voiture. Ma garderie, je l'aime beaucoup, je ne veux pas le changer de place. Au départ, c'était une halte qui a ouvert un CPE. Une place à 7$ dans un endroit qu'on aime, c'est un peu rare... Ma fille n'aura pas de place c'est sûr, pas tout de suite. Donc, ce sera 2 garderies différentes pour un bout. Je recommence en janvier. Par choix. Au lieu de recommencer à 20h/semaine à la fin-février, je vais recommencer à 10h (8h au bureau et 2h de chez moi) pour pouvoir travailler moins pendant plus longtemps. En fait, avant septembre 2008, je ne travaillerai pas beaucoup, en tout cas, pas 3 jours/semaine. Et avec un peu de chance, mon chum va vouloir me faire un autre enfant vers septembre 2008. Je dois prendre une décision aujourd'hui. Ça me tue. La directrice à l'air assez lousse, genre tu viens quand tu veux, pas obligée d'être là les trois jours. J'attends que mon chum me donne son avis. En fait, j'attends qu'il décide. C'est lui, il va se taper le bus pour aller à la job après tout.
Les jours comme aujourd'hui, je regrette tellement d'avoir décider de faire des études qui finalement ne me servent à rien. Sans ma dette d'étude, je pourrais rester à la maison. Là, je ne peux pas. C'est mathématiquement impossible. Toutes ces dettes pour une espèce de job d'étudiante qui s'enligne pour être une job pour de vrai. Et en même temps, je travaille quand je veux et c'est pourquoi je reste là. Enseigner la philo au cégep me tente certains jours et pas d'autres.
Je voudrais tellement être à la maison avec mes bébés. Tout le temps. Tous les jours. Pis ça m'fais ben d'la peine.

5 commentaires:

nathalie a dit...

Je te comprends tellement... moi aussi mes dettes d'études me retiennent de rester à la maison et ça me dérange de faire garder mes enfants...

Difficile de faire des choix...

Talie

kiwi a dit...

Sans être la même chose, ça me fait beaucoup penser au déchirement que je ressens en ce moment, à savoir si je dois envoyer Tithom à la garderie, si oui, combien de jours, et est-ce que j'ai envie de continuer à travailler après, ou je fous en l'air mes études pour m'occuper de mes enfants, ce qui pour moi est plus important, mais moins payant? Dur dur, les choix qui s'offrent à nous... j'espère que ton chum prendra la décision qui plaira à ton coeur de maman.

Finalement, on finit souvent par prendre des décisions en regardant notre porte-feuille... et c'est dommage...

Ysa_la_tite_mere a dit...

Kiwi: C'est exactement ça qui me tue, que ce soit mon portefeuille qui décide!

Mon chum pense qu'on devrait dire oui, parce qu'on ne sait pas si l'occasion va se représenter. Je sais qu'il a raison. Je m'étais comme fait à l'idée qu'il n'aurait pas de place et que je travaillerais les soirs et fin de semaine pour que les enfants soient avec papa. Sauf que dans ce cas, c'est mon chum que je ne verrais jamais. Et je sais que mes heures à faire sont extrêmement variables. Je peux faire 30h une semaine et 3h la semaine suivante. J'ose même pas imaginer comment je vais me sentir le jour où je vais laisser poulette à la garderie. Elle est tellement petite. Je ne lui cherche même pas une place tellement je ne veux pas. En fait, elle va surement alterner entre la halte et ma belle-mère comme Babe avant elle.

souimi a dit...

Je pense à toi, Ysa. Dans ton déchirement, dans tes questionnements. Je t'envoie mes bonnes pensées.

La Fêlée a dit...

C'est tellement pas facile ces situations là. Là tu te demandes si en fin de compte les trois jours que tu refuserais tu ne les regretterais pas un moment donné où on t'offrirait de travailler 3 jours et où ton portefeuille te dirais ouiiiiii svp !!!!!
Puis là tu te dis que tu vas quand même pas payer 3 jours pour finalement en utiliser qu'un. Pis là tu calcules et tu te dis qu'une garderie chez toi... pourquoi pas ? Combiner revenus et amour des enfants ??
Mais là je déraille et je t'aide en rien, désolé !!!

Je comprends ton déchirement. On passe toutes par là les mamans, à un moment ou un autre.
Y a pas de solution toute faite, y a juste une tite Ysa qui peut décider pour elle-même avec son chum. *hug*