vendredi, juin 08, 2007

La vie chante

Malgré qu'on me dise souvent que je suis "comme un gars", je suis aussi, parfois, une vraie fille. Vraie de vraie! J'ai fait une fifille de moi dans la voiture tout à l'heure en écoutant la même chanson 10 fois de suite. Ça faisait longtemps que je ne l'avais pas écoutée. Je me suis rappelé qu'elle était associée à un évènement dans ma vie. À une personne. À un gars, évidemment! Mes souvenirs ont généralement un fond musical. Les chansons me rappellent des gens, des rires, des larmes le plus souvent. Il y a des disques que j’adorais que je ne peux plus supporter pour ce qu'ils font monter en moi. Celle de ce matin, elle était douce et jolie. Elle me laisse un brin mélancolique avec un sourire en coin.

"Je ne pense pas qu'il faille en parler
Ton verre est plein¸
Ta main tremble un peu
Tu es joli les cheveux attachés à moi"
(N'en parlons plus, Melon Galia)

Et puis je pense...à celui de cette toune là

"Rien ne sert de courir
Mon amour tu sais
Ils nous rattraperont
Pas la place pour s'aimer
Puisqu'elle est condamnée
Notre génération
Rien ne sert de rêver
Mon amour tu sais
On est plus des enfants
Puisque ici bas ne tombent
De ce ciel sans merci
Que des larmes de sang"
(No place for us, Saez)

Et j'ai les larmes qui montent en même temps que la rage.

Et je pense à toutes les autres que je me disais, en les entendant pour la première fois, que j'aurais pu les écrire à un moment ou un autre de ma vie.

"J'comprends plus c'qui m'arrive
J'perds le contrôle et ca m'fait rire
J'comprends plus bien mes désirs
Tu m'attires et j'me tire dans ton point de mire"
(Point de mire, Ariane Moffatt)

"Je suis tombée de très haut dans tes bras
Je me saoule, tu m'enivres"
(La chinoisse, Mara Tremblay)

"Tu me prends, tu me laisses
Tu me baises, tu me blesses
Tu me chantes le reste"
(Lettre au gardien, Mara Tremblay)

"J'ai le coeur qui me berce
La vie transperce mon ventre
T'es un aimant
qui me tire quand
tu rentres dans ta maison
Qu'est-ce que je fais dans ton salon
à t'attendre"
(La chanson perdue, Mara Tremblay)

Je les ai toujours un peu de travers dans le coeur ces chansons-là. Elles me font penser à une vie lointaine, une vie qu'on dirait qu'elle a appartenu à quelqu'un d'autre que moi. Elle me donne le goût de m'allumer une cigarette sur le perron de l'Église Saint-Roch à 3h du matin, de regarder passer les épaves qui sortent de chez Jos Dion et de les trouver beaux.

Mais à 3h du matin je dors. Et je ne fume plus depuis 2 ans 1/2. Et maintenant, je chante "Y avait des gros crocodiles et des orangs-outans" et ça m'fait rire!
***

Pour finir la semaine en souriant, relevé des expressions farfelues qui ont conduit des gens jusqu'à mon blog:

-courbe de poid d'un lapin nain (Ils nous stressent déjà assez avec celle de nos enfants, s'il faut en plus s'en faire pour la courbe de nos lapins!)

-mon homme aime le speculum (euh... c'est un spécial ton homme!)

- entendre : cerf cerf ouvre moi ou le chasseur me tuera (Non... pas ça!)

- le dos large la gastro (Tant que c'est juste le dos!)

- un enfant qui s'enferme dans son garde-robe (ça m'a fait rire comme recherche!)

- seins vilains (Contente de voir que je ne suis pas la seule au prise avec ce problème!)

Aucun commentaire: