lundi, octobre 30, 2006

La nuit où le jouet a ri de moi

Mon fils fait ses nuits. Ses jouets: non!
La nuit dernière, 4h11, une petite chanson me réveille. Je pense que ce doit être Babe qui s'est réveillé et qui a fait jouer son aquarium pour se rendormir. Mais, non, il me semble que le bruit m'irrite. Ce n'est pas du tout le son de son aquarium ça, c'est plutôt
"Cerf, cerf, ouvre-moi
Ou le chasseur me tuera
Lapin, lapin, entre et vient
Me serrer la main"

Grrr. C'est le Super Livre enchanté que mère-grand a offert à mon fils et que j'haïs au moins autant qu'il a pu l'aimer. Il n'y a pas de bouton "Arrêt" sur ce jouet et ça prend un tournevis pour enlever les piles. Aussi bien dire que c'est fait exprès pour taper sur les nerfs. Il y a bien un volume bas, mais il est tout de même assez fort et après 2h de cerf, cerf ouvre-moi, et bien moi, j'ai envie d'ouvrir la porte et de lancer le livre au bout de mes bras. Bref. Babe ne joue plus vraiment avec alors il est au fond du coffre à jouet. Mais, le v'là tu pas qui me nargue en pleine nuit. Salaud!
J'attends un peu, voir s'il ne va pas se taire tout seul. Non. Je me lève donc pour aller fouiller dans le coffre à jouet. Aussitôt arrivée au dit coffre, le livre enchanté se tait. Je retourne donc me coucher. Je n'ai pas poser ma tête sur l'oreiller que ce truc repart de plus belle. Là, ça va faire! Je ne vais pas me faire prendre pour une tarte plus longtemps par un jouet! Alors je commence une fouille en règle du coffre à jouet et je finis, sans accrocher tous les autres jouets qui chantent, bravo, à mettre la main sur le coquin qui se fait fermer assez sérieusement. Je prends soin de ne pas le remettre dans le coffre et que rien n'y touche pour être certaine qu'il ne me refasse pas le coup.
Non, mais!!

***

Et parlant de me faire prendre pour une épaisse. Mon proprio est un énergumène. Un abruti. Un insignifiant. Un X-acto, il appelle ça un hexagone, ça vous donne une idée?! Hier, il appelle chez-nous et dit à mon chum qu'il pourrait nous vendre le bloc (c'est une maison, on a tout le rez-de-chaussé et il y a 2 apparts en haut). Mon chum dit que ce n'est pas dans nos plans, mais il l'entretient pendant 15 bonnes minutes. Je n'étais pas là à ce moment. Il rappelle dans la soirée et me radote encore le même baratin.
"Je vous fait ça à 200 000$. Quelle aubaine. En plein centre-ville en plus. Vous êtes gagnants sur toute la ligne. Moi, des offres j'en ai des tonnes et je vous l'offre à vous ma bande de chanceux. Vous savez, si je le vends à quelqu'un d'autre, ils vont sûrement vouloir être proprio-occupant et vous sacrer dehors. Et en plus, là je refais la toiture et après, il n'y aura plus de réno à faire. Une offre exceptionnelle, les amis, croyez-moi."
Et je l'entends pitonner sur sa calculatrice en même temps. Je n'ai pas le temps de placer un mot qu'il me parle d'hypothèque, de notaire.
Non, mais. Tu me prends vraiment pour une imbécile heureuse! Pas de réno à faire? Les fenêtres sont pourries, il n'y a pas de ventilo dans les salles de bain et on a une vieille cave qui prend l'eau. Résultat: le taux d'humidité est tel que les murs doivent être moisis. Le fournaise doit être à la veille de rendre l'âme. La moitié de l'appart est mal isolé et il fait facilement 3 degrés plus froid que dans l'autre moitié, ce qui l'hiver, fait une méchante différence. La toilette avale mal. Les planchers ont été mal posés. Et je ne sais pas dans quel état sont les logements en haut.
Tu veux vendre à quelqu'un qui va prendre notre appart et nous jeter dehors? Vas-y fort mon ti-Gilles. Vas-y fort!

***

Toujours dans la catégorie un peu épaisse. Demain, c'est l'halloween et je vais froidement utiliser mon fils comme appât à bonbons. J'aime ça moi les bonbons gratuit. J'ai passé l'halloween jusqu'au cégep, mais là, il semble que je sois trop vieille. Qu'à cela ne tienne, Babe va m'organiser ça. Personne ne va résister à sa tronche de singe, c'est sûr et à moi chips, chocolats, tires et autres cochonneries. Quelle maman diabolique je fais!

vendredi, octobre 27, 2006

Jasons bouffe

Pris un peu partout, question de passer le temps pendant que mon scanner travaille à ma place!

Votre plat favori : Sushis

Ce que vous détestez le plus : Les plats surgelés. Beurk!

Celui que vous cuisinez le mieux : Enchiladas. Je suis assez hot en potage et en pizza aussi.

Celui qui vous rappelle votre enfance : Le soupe aux légumes

Votre légume préféré : Asperges avec marinage à l'orange

Votre fruit préféré : Framboises

Ce qui vous fait perdre le contrôle : Beaucoup trop de choses.Je suis TRÈS gourmande. Les desserts, le sushi, le bon vin, les bons fromages. Tout ce qui est bon finalement.

Ce qui vous cause la nausée : Les cornichons. Si mon homme en mange c'est la grève des bisous jusqu'au lendemain. C'est répugnant.

Votre goût de riche : Le homard

Votre nourriture confort : Soupe aux légumes

jeudi, octobre 26, 2006

Alléluia!

Les autobus de la ville de Québec cachent une faune hétéroclite. Mes nombreux déplacements me donne l'occasion de rencontrer des gens de toutes sortes. Aujourd'hui, conversation à la limite de l'ésotérique!

Moi: Babe, donne-pas de coup de pied aux gens, mon coeur

Dame: Ohhhhh! Quelle belle petite fille.

Moi: Merci (je ne m'obstine plus à ce sujet)

Dame: Elle est spéciale hein, cet enfant-là?

Moi: Euh... oui, oui. On me dit ça souvent.

Dame: On le voit qu'elle est aimé. Il y a des enfants beaux qui ne sont pas aimés et d'autres qui sont aimés. Ça se voit tout de suite ces choses-là. Je vous le dis, votre fille, elle est très spéciale.

Moi (qui me demande si je dois commencer à avoir peur): Ah, pour l'aimer, je l'aime.

Dame: Elle s'appelle comment?

Moi: Marie (ben quoi, c'est ce qui se rapproche le plus)

Dame: Elle a quel âge?

Moi: Il.. euh... ben... elle (ouf, j'ai failli être obligée de lui dire que ça faisait 5 minutes que je lui mentais au sujet du sexe de mon fils) presque 15 mois.

Dame: C'est votre première?

Moi: oui, mais j'en attends un 2e.

Dame: Ah! Oh! Ah! Super! Comment c'est formidable! Avez-vous les conditions pour ça?

Moi: Ben, euh... on n'est pas trop riches, mais oui, ça va.

Dame: Non, mais vous avez un conjoint, vous êtes heureux?

Moi (Fiou, elle ne parlait pas d'argent): Oui, oui, super.

Dame: Vous allez voir, vous aurez jamais de problème dans la vie

Moi (quoi là? c'est une sorcière?): euh... merci!

Dame: Je m'en vais à l'eucharistie et je vais le faire pour vous aujourd'hui, pour que vous n'ayez jamais de problème.

Moi: Merci, merci. Bon, il faut descendre. Bye!

Là, je me sens un peu cheap. La femme, elle va prier pour moi et tout et moi je lui dit que ma fille s'appelle Marie. Non, mais si Dieu lui dit que je lui ai raconté un mensonge, peut-être qu'elle va me lancer un sort ou je ne sais pas trop.

Mon opinion est toujours partagée sur des gens comme ça (parce que ça arrive souvent, je dois avoir "Sauvez mon âme" écrit dans le front). D'un côté, je suis vraiment touchée qu'elle prenne un moment pour penser à moi, mais d'un autre côté, c'est à la limite de me faire peur des affaires comme ça. Moi et l'eucharistie...

mardi, octobre 24, 2006

J'me congratule, et toi?

Je réfléchissais dernièrement à mon comportement, à ma façon de me féliciter quand je trouve que je le mérite, à ma façon de partager avec mon entourage ce que je considère comme étant des réussites dans ma vie. À ma façon de m'aimer, de ne pas avoir des complexes. Je me demandais si les gens me trouvais prétentieuse. En fait, je ne me le demandais pas vraiment, je suis certaine que oui. Je me demandais surtout si j'étais réellement une sale petite prétentieuse. Et bien, je vous le donne en mille: Non! Pourquoi est-ce si mal vu de savoir reconnaître autant ses points forts que ses points faibles? D'être fière de soi? De se trouver jolie? Pourquoi les gens sont toujours portés à être si durs envers eux-mêmes? À souligner au crayon gras leurs erreurs, à ressasser toujours les mêmes rengaines de culpabilité? À passer leur temps devant le miroir à chercher la bête noire, le défaut? Moi, ça m'énerve cette attitude. Ça me gruge. Pas que je sois super optimiste ou idéaliste. Pas du tout. Je ne passe pas mes journées à me dire que je suis donc belle, donc fine, donc intelligente, donc la plus parfaite maman, donc la plus merveilleuse blonde. Vraiment pas. Je connais TRÈS bien mes défauts. Mais je connais aussi mes qualités et c'est sur elles que je préfère miser. C'est un peu moins looser, non? Et si je ne me valorise pas moi-même, je vais attendre que quelqu'un d'autre le fasse? Je vais passer mes journée à dire que je suis conne pour que quelqu'un, enfin, vienne me dire que je suis intelligente? Je vais dire à tous les gens que je rencontre que je suis grosse et laide en attendant d'entendre quelqu'un me dire le contraire? No way!
Je ne pense pas être une maman parfaite, loin de là. Mais quand je fais quelque chose et que je sais que j'ai fait exactement ce qu'il fallait, et bien, je suis fière de moi. Et ce ne sont pas des trucs sensationnels, juste la petite vie qui va. Des exemples: Mon fils, à partir du moment où il a eu des dents, à 9 mois, ne mangeait pas. Ni purée, ni morceau, il ne voulait rien savoir. Et bien, je n'ai jamais insisté, me disant que s'il avait faim, il mangerait. J'ai essayé pendant tout ce temps de lui montrer le plaisir que j'avais à manger, le plaisir des couleurs différentes dans l'assiette. Et bien depuis 2-3 mois, mon fils mange comme un véritable champion. Il mange de tout et en quantité. Il mange avec plaisir, les repas sont toujours un moment de bonheur en famille, une petite fête chaque fois. Et bien, moi, je me donne du crédit pour ça. Je me dit que j'ai fait ce qu'il fallait. Et je me dis aussi que ma belle-mère l'a dans les dents, elle qui ne me lâchait pas avec le fait que mon fils n'ouvrait pas la bouche et je dois admettre que ça me fait assez plaisir.
Il y a pleins d'autres petits exemples comme ça qui font que je suis comblée. Des petites victoires quotidiennes, comme une petite caresse sur ma vie.

Félicitez-vous, c'est bon!

jeudi, octobre 19, 2006

Ça fait mal!!!

Comme je suis maintenant une adulte, je viens d'organiser le remboursement de ma dette d'étude... et tout ce que j'ai à dire c'est: AYOYE!!!!! J'ai eu ben du fun, j'ai lancé mon argent par les fenêtres, et je ne le regrette pas une seconde, tant qu'à avoir du blé aussi bien le dépenser... Mais... À partir de ce soir et pour les 15 prochaines années, je verserai la modique somme de 60$/semaine en remboursement de prêts et bourses. Ça, c'est entre 240$ et 300$ par mois jusqu'à ce que j'ai 43 ans. Je ne sais pas trop comment je vais y arriver parce que je n'ai absolument pas cet argent, mais comme je ne l'aurai sans doute jamais, il ne me sert à rien de demander un remboursement différé, mieux vaut en finir au plus vite.

Ça fait mal!

vendredi, octobre 13, 2006

Vrac de vendredi 13

Ce soir je vais souper avec mon amoureux au resto. Juste moi et lui. Au Café du clocher penché, sans doute le meilleur resto de Québec, et pas si cher en plus. J'en ai jamais trouvé de meilleur encore. On aurait pu essayer autre chose, pour faire changement. Le Largo et l'Utopia me titillaient, mais bon, comme je vais au resto avec mon amoureux environ une fois par année, ce n'est pas le moment d'être déçu, hein? Alors on y va pour une formule gagnante.
J'AI HÂTE!!!

Après, direction cinéma. Il n'y a rien de très inspirant à l'affiche, mais pas grave. De toute façon, je vais surement m'endormir avant la fin!!

***

Demain, j'en serai à 15 semaines de grossesse. Le temps file et je n'ai pas le temps d'en profiter. Je suis en grande forme, mais j'ai TOUJOURS faim. Alors, je mange!! Je le sens déjà bouger depuis quelques semaines, quand je relaxe, c'est-à-dire une fois par semaine! C'est encore une sensation toute délicate, subtile, un effleurement. J'ai senti Babe plus tard, mais à 15 semaines, je le sentais très franchement, il donnait des petits coups déjà. Nano-Babe est plus discret.
J'ai hâte d'aller fouiller dans mes boites de vêtements pour micro-Babe, de revoir le petit pyjama jaune, le plus mini de tous les pyjamas. J'ai hâte de le laver et de le plier pour le ranger dans un tiroir. Je réalise d'ailleurs que... je n'ai pas de tiroir disponible. Nano-babe dormira dans notre chambre jusqu'à ce qu'on déménage, mais je n'ai pas l'ombre d'une idée où je vais ranger ses trucs. L'espace à changement de couches va demeurer dans la chambre de Babe, mais il va falloir que je trouve un petit coin pour mettre une 2e commode...

***

Fait frette.

***

jeudi, octobre 12, 2006

Mon homme des bois

Retour à la vraie vie après une longue fin de semaine perdue dans le bois en famille. Quel bonheur. Je suis plus zen, j'ai laissé un peu de mon stress là-bas et comme la mi-session arrive, je vais enfin pouvoir souffler un peu. Ça faisait longtemps qu'on ne s'était pas retrouvés ensemble moi, mon chum et Babe pour TROIS jours consécutifs, avec en plus, rien d'autre à faire que de couper du bois et jouer dans les feuilles mortes. Mon chum était beau. Ses yeux ont la même couleur que sa chemise de jobber. Dans le bois, mon homme, il rayonne autant que derrière son drum. Il se fond dans le décor. Mon homme, il est beau avec des bottes de travail et une hache dans les main, avec une goutte de sueur qui coule sur sa tempe et son grand sourire d'Ovila-Pronovost-gros-gin-en-moins.
Babe aussi est visiblement un homme des bois. Le grand air lui a fait du bien. Il a pu courir à son goût. Il a dormi comme un champion et mangé comme un ogre. Il mange tellement... un vrai petit cochon graisseux!
Ça nous a fait du bien cette fin de semaine, à entendre couler la rivière. Et quelle température en plus.
Je suis d'attaque pour finir la session, ressourcée.

jeudi, octobre 05, 2006

Nouvelles photos

Je suis un grand garçon


Regardez, j'ai de belles pantoufles


J'aide toujours maman à faire la vaisselle


Mon petit bidonnot à 8 et 13 semaines

lundi, octobre 02, 2006

Féministe? Vraiment?!

Suite à l'entrevue de Benoite Groulx hier à Tout le monde en parle, j'ai le féminisme qui me pique un peu. Cette femme brillante et cultivée (non, mais un rêve avoir une mère-grand qui parle de latin!) figure de proue d'un certain féminisme m'a fait un peu bondir avec son affirmation qu'une femme ne doit pas rester à la maison. Euh... le féminisme, ce n'est pas justement avoir le choix? Oui, les féministes ont du se battre pour permettre aux femmes d'avoir accès à une carrière, mais ce n'était pas, il me semble pour que toutes doivent absolument avoir une carrière. Le but du féminisme, n'était-il pas que les femme qui le DÉSIRENT, puisse avoir accès au marché du travail. Qu'une femme qui décide de rester à la maison soit dépassée, réactionnaire, anti-féministe et à la limite, idiote, moi, ça me fait mal à mon féminisme. Pour moi, cette façon de pensée n'est pas féministe. Ça ne peut, ça ne doit pas être ça le féminisme. Qu'on dise que toutes les femmes doivent rester à maison ou qu'on disent que toutes les femmes doivent travailler, c'est la même vision étroite.
Je considère que je suis féministe. J'ai profité abondamment des luttes passées des femmes. J'ai quitté tôt la maison, j'ai fait des études dans des domaines encore majoritairement masculins, j'ai toujours touché le même salaire que mes collègues masculins. Je n'ai jamais senti la moindre discrimination eu égard à mon sexe. Moi, je suis féministe et je choisis de passer plus de temps avec mon fils qu'à mon boulot. Moi, je suis féministe, et si ce n'était pas de ma dette d'étude, je choisirais de rester à la maison. Je trouve que décider de rester à la maison, par choix, pour se consacrer à sa famille est un geste éminemment féministe. Parce qu'il y a encore les préjugés de la boniche de service qui passe sa journée à torcher et qui n'a aucune vie intellectuelle ni sociale. Moi, je suis féministe et je ne trouve pas que l'avortement, c'est vraiment une super preuve de l'émancipation de la femme et de son contrôle sur son corps. Moi, je suis féministe et je ne trouve pas qu'allaiter c'est une prison. Moi, je suis féministe et si ça me tente, un bon soir, je vais préparer le souper de mon homme.
Benoite Groulx peut bien penser ce qu'elle veut. Moi, je suis féministe!