mercredi, mars 15, 2006

Citation de la semaine

Bout d'une chanson de Pierre Perret entendu tout à l'heure à l'émission de Monique Giroux:

Titre: Une minute de soleil en plus. Toute la toune est bien bonne, mais je n'ai pas trouvé les paroles sur le net.

"Si un pédophile
La prend dans l'anus
Une minute de soleil en plus"

Et vlan!

(Dédié à mon chum qui aime toujours faire des rimes avec anus!)

2 commentaires:

groclioui a dit...

Pierre Perret - Une minute de soleil en plus


Moi je vis ma vie sans inhibition,
Sans complexe ni dépression.
Je n’écoute la fille de la météo
Que lorsqu’elle me dit qu’il fait beau.
Mais je tends l’oreille aux infos que j’abhorre
Si j’apprends qu’un salaud est mort.
Et je m’émerveille de ces petits plus
Qui pour moi font briller Phoebus.

Un dealer se fiche sous un autobus,
Je vide une bouteille de Pétrus
Si Milosevic a un infarctus
Une minute de soleil en plus !

Un enfant qui pleure,adieu ma gaieté
Au contraire je suis enchanté
Qu’un général meure d’une jolie gangrène
Au bras qui tenais la gégène !
Y a qu’les hypocrites qui pleurent sur le sort
D’un salopard quand il est mort
Moi les parasites de la société,
Je trouve qu’ils ont trop de santé.

Les fachos s’étripent au plus haut niveau
Même si ça pollue l’caniveau
Si l’gros porc zigouille l’immonde fœtus
Une minute de soleil en plus !

Kadhafi s’étrangle d’un os de mouton,
J’adopte le fils du mouton.
S’il imite son père au prochain méchoui,
Il met Ben Laden au tapis!
Un poseur de bombes s’la prends dans les dents
Ça lui économise un cure-dents
Si un pédophile s’la prends dans l’anus
Une minute de soleil en plus !

Pour c’lui qui tabasse sa femme et son chien
Un p’tit cancer me paraît bien
Pinochet trépasse Desproges dirait ça :
« Je reprends deux fois d’la pizza ! »

Moi je vis ma vie sans inhibition,
Sans complexe ni dépression.
Je n’écoute la fille de la météo
Que lorsqu’elle me dit qu’il fait beau.

Ysa_la_tite_mere a dit...

Ciel! Trois mois plus tard et je tombe là-dessus en fouillant, dans mes archives!
Je ne sais pas qui tu es, mais merci!