mardi, novembre 15, 2005

Paroles, paroles…

J’aime bien, quand je lis un livre, noter des phrases qui me frappent, soit parce qu’elles sont drôles, touchantes, tellement vraies ou juste belles. En voici quelques-unes, classées par auteurs :

Frédéric Beigbeder (une mine de phrases chocs!) :

« Je ne suis plus jeune, je suis juste géostationnaire »
Windows of the world

« À part une casserole de lait qui déborde, il n’y a pas grand chose sur la terre de plus sinistre que moi »
L’amour dure trois ans

« Vous pesez quelques livres de trop ? Divorcez, tombez amoureux de quelqu’un qui ne vous aime pas, vivez seul et ressassez votre tristesse à longueur de journée. Votre surcharge pondérale aura tôt fait de disparaître comme neige au soleil. »
L’amour dure trois ans

« L’hédonisme n’est pas un humanisme : c’est du cash-flow. Sa devise? « Je dépense donc je suis »
99 Francs

« Nous sommes tous des prostitués. 95% des gens accepteraient de coucher si on leur proposait 1500 euros. N’importe quelle nana te suce sans doute à partir de la moitié. […] La plupart du temps, l’amour est hypocrite : les jolies filles tombent amoureuses (sincèrement, croient-elles du fond du cœur) de mecs comme par hasard pleins aux as, susceptibles de leur offrit une belle vie de luxe. C’est pas pareil que des putes? Si. »
99 Francs

« J’ai rouvert les yeux devant la glace et je leur ai dit : « Rendez-vous, vous êtes cernés! » car il n’y avait aucune raison de se priver d’un jeu de mots hilarant. »
Mémoires d’un jeune homme dérangé

« Claire me manque, chaque fois que je la quittais j’étais vidée. Quelqu’un est passé dans ma vie. C’est si rare, que quelqu’un m’arrive. »
L’égoïste romantique

« Les 2 endroits où les gens qui applaudissent sont très cons : au cinéma et quand l’avion atterrit »
L’égoïste romantique


Amélie Nothomb :

« L’assassinat à ceci de comparable avec l’acte sexuel qu’il est suivi de la même question : Que faire du corps ? »
Le Robert de noms propres


Raymond Queneau :

« C’est en écrivant qu’on devient écriveron »
Exercices de style


Vercors :

"Telle est la force de la passion, - telle en est la limite aussi et c'est pourquoi je ne l'aime pas. La passion est une terrible destructrice. Elle détruit dans la tête de qui la loge toute ce qui n'est pas son idée fixe. Elle faut une effroyable consommation d'impulsions et de concepts dont elle nourrit son insatiable cancer. Et quand, par fortune bonne ou mauvaise, elle vient à disparaître (tombée ou consumée), elle laisse dans la maison de qui l,a nourrie une vacance dévastée, et son hôte privé de désirs, - hormis la soif de devenir esclave de nouveau."
La marche à l’étoile

"Est-ce mon corps seulement que tu veux, ou plutôt n'est-ce pas mon âme?
[...]
D'un paradis si difficile qui manque, que tout l'être y soit intéressé.
Ce n'est point dans le hasard que je t'aime, mais dans la justice et la nécessité"
La marche à l’étoile


Matthieu Simard :

L’attente, c’est terrible, quand on ne sait pas si on attend quelque chose
[…]
Là, je suis occupée. Occupé à attendre dans le vide. Attendre rien, mais peut-être

[…]
Moi par contre, l’attente, ça m’angoisse. Parce que quand j’attends, je ne suis pas capable de faire quoi que ce soit d’autre. Attendre, c’est une activité. Qu’est-ce que tu vas faire en attendant, mon Matthieu? En attendant, je vais attendre. Ça devient insoutenable très rapidement, attendre en attendant.
Ça sent la coupe

Shan Sa, :

« -Comment sait-on si l’on est amoureux? Que ressent-on?

- D’abord, tu oublies le monde autour de toi. Ta famille, tes amis deviennent invisibles. Jour et nuit, tu ne penses qu’à un homme. Quand tu le vois, il emplit tes yeux de lumière. Quand tu ne le vois pas, son image te ronge le coeur. À chaque instant, tu te demandes ce qu’il fait, où il est. Tu lui inventes une vie, tu vis pour lui : tes yeux regardent pour lui, tes oreilles écoutent pour lui »
La joueuse de go

Lolita Pille :

« On cherche l’amour, on croit le trouver. Puis on retombe. De haut. Mieux vaut tomber que ne jamais s’élever »
Hell

« 6 mois de bonheur. Partagé. Des souvenirs désordonnés, et cette sensation au creux du ventre quand je les évoque... Un entrelacs de rires, de jambes, de fumée [...] le désir qui renaît aussitôt satisfait [...] et noyer mon regard dans ses yeux limpides... et offrir mon cou à ses lèvres avides... allumer une cigarette qu’on fume à 2 [...] et la force tranquille de son corps étendu dont le seul contact me brûle la peau et l’âme... non, je n’ai peur de rien quand je suis dans ses bras... de rien... je fais de mon souffle l’écho des battements de son coeur [...] Vivre d’amour, d’Évian et de Malboro Light. Et croire que ça suffit. »
Hell

« Quel âge as-tu?
62 ans
Dis-moi dans quoi tu roules, et je te dirai qui tu es.
Bentley
Tu es l’homme de vie.

Salopes »
Hell


JD Salinger :

« Je suis le plus fieffé menteur que vous ayez jamais rencontré. C’est affreux. Si je sors même simplement pour acheter un magazine et que quelqu’un me demande où je vais je suis capable de dire que je vais à l’Opéra. »
L’attrape-coeur

« Encore quelque chose qui me la coupe. Quand on est bon en dissert’ et qu’on vient vous parler de virgules. »
L’attrape-coeur

« L’année dernière je me suis donné pour règle de plus tripoter les filles que je trouve emmerdeuse. Et pourtant, la même semaine – le jour même je crois bien- avec cette andouille d’Anne-Louise Shermann, on a passé toute la soirée à se papouiller. Le sexe, c’est vraiment quelque chose que j’arrive pas à comprendre. Je vous jure, ça me dépasse. »
L’attrape-coeur

« Un truc qui me tue. Je suis toujours à dire « Enchanté d’avoir fait votre connaissance » à des gens que j’avais pas le moindre désir de connaître. C’est comme ça qu’il faut fonctionner si on veut rester en vie. »
L’attrape-coeur

« D’abord je suis en quelque sorte athée. J’aime bien Jésus et tout mais je suis pas très intéressé par tout le reste qu’on trouve dans la bible. Par exemple, prenez les Disciples. Ils m’énervent, si vous voulez savoir. [...] Dans la Bible, j’aime presque tout le monde mieux que les disciples. »
L’attrape-coeur


Philippe Jaenada :

« Il est peu de chose plus inoffensives qu’un cuissot de chevreuil mort, ou alors il faut vraiment que la bête indestructible soit enragée, possédée par l’envie de nuire »
Vie et mort de la jeune fille blonde

« … son esprit cartésien quoique imbibé »
Vie et mort de la jeune fille blonde

« Vu de l’extérieur est un peu stupide, de toute façon : on est rarement vu d’ailleurs que de l’extérieur »
Vie et mort de la jeune fille blonde

« Toucher les seins d’une fille et coucher avec elle comme dans les films nous paraissaient deux choses aussi différentes et difficiles à enchaîner que manger des raviolis et sauter à la perche, par exemple »
Vie et mort de la jeune fille blonde

Aucun commentaire: